5 conseils sur le post-partum à lire AVANT la naissance

5 conseils pour aider les mamans à vivre la période post post partum avec plus de sérénité

5 conseils sur le post-partum à lire AVANT la naissance

Les hashtags se multiplient sur le sujet #postpartum #postpartumbody #postpartumdepression : les femmes sont de plus en plus nombreuses à partager des témoignages ou des photos sur le post (après) partum (naissance) des mamans. Ces mots et images sont souvent chargés d’émotions, de solidarité féminine mais peuvent être aussi source d’anxiété pour les femmes enceintes. Pendant 9 mois, les futures mères sont préparées à l’accouchement mais reçoivent peu d’information sur ce que la maman peut vivre après la naissance. Nous avons listé 5 recommandations pour anticiper pendant la grossesse la période après l’accouchement avec plus de sérénité.

Se laisser le temps

Après 9 mois avec un corps différent, on peut être pressée de retrouver sa forme, ses vêtements, sa ligne, son énergie : en somme son état normal … mais un état normal pour une femme qui vient d’accoucher, ce n’est certainement pas un ventre plat avec des abdominaux parfaits qui se dessinent sous une peau lisse et bronzée, même sans se laisser pressuriser par des perfectionnistes d’instagram (souvent assez douées en photoshop par ailleurs), l’état normal d’une nouvelle maman, ce n’est pas non plus celui dans lequel elle était avant de tomber enceinte. On dit qu’il faut 9 mois pour faire un bébé et 9 mois pour s’en remettre. C’est seulement un ordre de grandeur : certaines mettront moins d’autres plus de temps à retrouver la forme à laquelle elles aspirent, mais ce qui importe c’est d’être consciente avant la naissance que cela prend du temps. En étant au fait de cette réalité avant l’accouchement, vous éviterez de vous infliger des objectifs trop ambitieux et potentiellement déprimants.

Ne pas couper le lien médical

Rendez-vous fréquents chez le gynécologue, l’échographe, la sage-femme, le kiné, au labo d’analyses médicales… Certes, avoir un suivi médical est une bonne chose, mais cela peut parfois être aussi lourd et donner envie d’en finir avec les hôpitaux, blouses et gynéco une fois bébé là… On se contenterait bien des rendez-vous chez le pédiatre… Mais il ne faut pas perdre de vue qu’une femme qui vient d’accoucher est en convalescence, elle se remet d’un événement physique et psychologique exigeant. Gardez-donc le lien avec le corps médical pendant les quelques mois qui vont suivre la naissance. Pour cela sachez que vous devrez prévoir a minima : 

un rdv obligatoire chez le gyneco ou la sage-femme 2 mois après la naissance
des séances de rééducation du périnée à faire avec un kiné ou une sage-femme selon ce que vous recommande votre gynéco (certaines y échappent mais c’est assez rare)
Si vous avez prévu de quitter votre domicile pendant le congé maternité pour passer du temps en famille par exemple, pensez à anticiper ces rdv pour ne pas avoir à les reporter trop tard. Il peut en effet être utile et en tous les cas rassurant d’avoir une recommandation de sage-femme ou le numéro de la PMI, d’un gyneco ou même généraliste de confiance sous la main où que vous soyez pendant les premiers mois qui suivent la naissance et en particulier au début. Ce n’est pas du tout systématique mais vous pouvez avoir à faire appel à eux pour des douleurs physiques liées aux “tranchées” (replacement de l’utérus) ou psychologiques si vous ressentez des symptômes dépressifs : épuisement psychique, angoisse, envie de pleurer permanente, sensation de ventre vide … (liste des symptômes). Le plus tôt le sujet est abordé avec un professionnel, le mieux ce sera, en aucun cas vous ne devez négliger ces signaux qui concernent 10% des femmes. 
 

Prévoir d’être entourée, mais pas trop !

Alors oui il est important autant que possible de s’organiser pour ne pas être dans une situation d’isolement à l’arrivée de bébé. Si vous êtes en couple, organisez-vous à l’avance pour que votre conjoint puisse libérer un maximum de temps et de charge mentale au moment de la naissance. Si vous êtes une maman solo, sollicitez la famille et les amis pour qu’ils prévoient d’être dispos au besoin.

Etre entourée c’est bien, mais l’être trop peut être pire que la solitude. Préservez-vous des moments d’intimité pour faire connaissance avec bébé pleinement, avec papa, juste à 3. Laissez-vous du temps avant les premières visites. Soyez particulièrement vigilante pour vous préserver le 3ième jour qui suit la naissance, on parle du “syndrôme du 3ième jour”, plus connu sous le nom de “babyblues” : baisse de moral fréquente liée à la chute hormonale. Ce n’est peut-être pas ce jour là qu’il faudra choisir de recevoir votre belle-mère avec qui vous vous entendez moyennement à la maternité par exemple…
Sur le plus long terme, quelques anticipations matérielles peuvent vraiment faire la différence pour mieux vivre les suites de couches : 
prévoir des plats surgelés pour ne pas avoir à cuisiner sans vous retrouver à commander des pizzas…
rentrer de la maternité sans avoir à faire le ménage : pour le moral et pour vous ménager physiquement vous et votre conjoint
avoir de l’aide pour le quotidien à la maison, acceptez les propositions de service de vos proches, sollicitez-les si vous le pouvez ou recourez à des services pros si vous pouvez vous le permettre. 
lorsque les visites s’amenuisent, gardez un lien avec l’extérieur même si vous ne souhaitez pas sortir avec le bébé : mettez-vous des rdv pour prendre des nouvelles de vos proches à la fréquence qui vous convient ou demandez-leur de vous appeler régulièrement pour ne pas vous retrouver dans une situation d’isolement à 2 ou à 3. 
Anticipez tout ce qui peut vous rassurer, mais pensez au delà de la valise de maternité en vous appuyant sur ceux qui le veulent bien autour de vous et avec lesquels vous êtes à l’aise.

Prendre soin du bébé et de soi-même

Allaitement, biberons, changes, bains, soin du nombril, petits câlins : les attentions à donner à bébé ne manquent pas aux premiers jours. L’envie de bien faire et l’obligation de répondre aux besoins du nouveau-né sont telles qu’on s’en oublie un peu parfois. Même avec un conjoint impliqué on peut avoir tendance à se pencher à deux sur le berceau en oubliant que les parents aussi ont besoin d’être particulièrement aux petits soins pour eux-même et pour maman en particulier pendant les semaines qui suivent la naissance. 

Pour être attentif à votre bien-être après la naissance, anticipez cette période en vous en imaginant des façons réalistes de vous remonter le moral en cas de besoin : 
votre dessert préféré au frigidaire
une playlist apaisante préparée pour votre retour à la maison
vos vêtements non complexants les plus confortables
un savon qui sent bon…
Et d’un point de vue physique, prévoyez-vous des moments dédiés pour commencer en douceur la rééduction du périnée. Anticiper un rituel sur le sujet peut être motivant pour appréhender votre retour à la maison plus sereinement, par exemple : faire trois “fausses expirations” à chaque fois que bébé commence une sieste. 
Vous pouvez également vous organiser pour ménager vos temps de repos. Certains conseillent de chercher à dormir dès que bébé sommeille, mais tout le monde n’y parvient pas, même en état de fatigue avancé. Pour trouver le repos, vous pouvez par exemple charger l’application petit bambou et profiter des moments de répit pour méditer calmement ou ressortir à l’avance votre série de BDs préférées, votre matériel d’art créatif ou charger les nouveaux épisodes de vos séries favorites 🙂

Se projeter dans le post-partum en couple

LConfiez vos attentes et vos appréhensions sur la naissance et le retour à la maison à votre conjoint. Le plus tôt vous communiquez sur toutes les dimensions de l’arrivée de bébé, le mieux votre conjoint pourra vous comprendre et vous soutenir après votre accouchement. 

Autant que possible, mettez dans votre couple un climat d’écoute qui vous permettra d’aborder tous les sujets qui peuvent vous toucher et influencer votre vie conjugale  : saignements, douleurs d’épisiotomie, pause dans les rapports etc. Ce dialogue est essentiel à mettre en place pour vous mais également pour votre conjoint. En effet, l’arrivée de bébé c’est la fin d’une aventure et de début d’une nouvelle vie pour les deux parents : c’est formidable et aussi un peu stressant pour vous bien entendu, mais aussi pour votre conjoint. Beaucoup de papas sont d’ailleurs touchés par le baby-blues. Ils subissent aussi la fatigue, ne réagissent pas toujours comme il pensaient qu’ils le feraient, peuvent avoir le sentiment d’avoir été remplacé par le bébé dans votre coeur ou manquer de confiance sur leur capacité à gérer bébé… C’est une famille que vous agrandissez avec l’arrivée de bébé et dans une famille tout le monde se soutient 🙂
« Ohana » signifie famille, famille signifie que personne ne doit être abandonné, ni oublié “ 
(citation Lilo & Stitch)

La famille s’agrandit bientôt ? Découvrez une façon très originale d’annoncer la naissance de bébé le jour J avec babypoom 🐣